Liposuccions

Qu’est-ce qu’une liposuccion ?


La liposuccion (également appelée lipoaspiration, liposculpture, lipoplastie…) permet de supprimer radicalement et définitivement les surcharges de graisse localisées.

  • A tous les stades évolutifs de la cellulite, la lipoaspiration est le seul traitement qui s’attaque directement aux cellules graisseuses pour lequel on ait un grand recul (30 ans).
  • Plus récemment, la lipolyse par injection de Phosphatidyl Choline, une enzyme des graisses, est la première technique non chirurgicale à avoir donné des résultats probants dans certaines indications.
  • L’application d’ultrasons externes est en cours d’étude actuellement, avec un recul insuffisant pour dire si cette technique est efficace de façon reproductible.
  • Toutes les autres techniques (lipotomie, mésothérapie, électrothérapie…) donnent des résultats modestes ou nuls, et non durables.
  • A l’aide de très fines canules de 2 à 5 millimètres de diamètre, et après avoir effectué de toutes petites incisions cutanées de la même taille (généralement cachées dans un pli ou une zone pileuse), le chirurgien aspire la graisse excédentaire afin d’affiner la silhouette.
  • La graisse retirée est alors provisoirement remplacée par de l’œdème, jusqu’à ce que celui-ci disparaisse : cela prend un à trois mois selon les localisations aspirées et les types de peau, durée pendant laquelle on ne peut juger du résultat définitif !

 

  • Par ailleurs, la lipoaspiration assistée par ultrasons est une technique plus récente qui permet dans un premier temps d’émulsifier et donc liquéfier la graisse (grâce à une sonde émettrice située au bout de la canule) avant d’aspirer cette graisse liquide.
  • Cette technique est utile pour traiter des zones où la graisse est plus « dure » (abdomen sus-ombilical, dos…), mais elle induit des risques supplémentaires spécifiques à l’utilisation des ultrasons (brûlures, nécroses cutanées…).
  • Elle est moins fatigante pour le chirurgien, qui a moins d’effort à faire pour manipuler les canules afin d’aspirer la graisse, mais augmente la durée opératoire. Dans le louable effort d’épargner le chirurgien, d’autres procédés mécaniques de lipoaspiration (canules auto-vibrantes…) ont été mis au point : ils ne changent pas les résultats obtenus et n’ont aucune incidence sur les suites opératoires !

 

  • Le sport permet de muscler et facilite l’amaigrissement. Il n’agit ni sur l’élimination de la cellulite, ni sur la prévention de sa récurrence.
  • Quant au régime, le principe avant et après l’intervention est d’être à un poids relativement stable (pas plus de 3-4 kg de fluctuation) pour obtenir un résultat stable. Il est préférable d’effectuer un régime amaigrissant avant l’intervention s’il existe un surpoids notable, et de conserver après l’intervention des habitudes hygièno-diététiques satisfaisantes.

 

Fait important : la lipoaspiration ne fait pas maigrir :
elle permet de remodeler la silhouette et d’harmoniser les volumes (notamment s’il existe des différences de taille entre le haut et le bas du corps). La lipoaspiration n’est pas destinée à faire perdre du poids. Il ne s’agit donc pas d’un traitement de la surcharge pondérale qui nécessiterait un régime amaigrissant avec l’aide d’un(e) nutritionniste.

 

Enfin, la lipoaspiration peut être employée seule ou associée à d’autres interventions chirurgicales (plastie abdominale, lifting).

Modified 02/26/06 22:02 AlterImage® V3.30  Modified 02/26/06 22:05 AlterImage® V3.30

Cliquez ici pour visualiser nos photos avant / après de chirurgie silhouette

Pourquoi avoir recours à une liposuccion ?


La liposuccion est l’intervention de chirurgie esthétique qui permet d’enlever les excès graisseux. Elle permet de redessiner sa silhouette.

  • Il n’y a pas de période préférentielle dans l’année pour se faire opérer. Il faut savoir qu’un lipopanthy (vêtement de contention élastique destiné à comprimer les zones aspirées) tient chaud et qu’il est donc mieux supporté lorsque la température extérieure n’est pas trop élevée.
  • La cellulite désigne l’accumulation de graisse en profondeur sous la peau dans certaines zones du corps. Elle se traduit par une déformation de la silhouette : bosses sur la face externe des cuisses « culotte de cheval » chez la femme) et sur les hanches (« poignées d’amour »; chez l’homme) fesses alourdies et tombantes renflements au niveau des faces interne des cuisses et genoux, pouvant occasionner des frottements à la marche épaississement des chevilles, qui peut donner un aspect en «  poteau »; bedon abdominal, généralement situé autour du nombril, bien visible en position assise. La graisse peut s’accumuler dans d’autres zones du corps, qui peuvent être également traitées par lipoaspiration, bien qu’il ne s’agisse pas de cellulite à proprement parler : la face interne des bras, le cou (amas diffus ou double menton), les joues (ovale du visage), les seins…
  • A la différence de la graisse présente dans tout l’organisme juste sous la peau, la graisse cellulitique est peu sensible aux régimes et à l’exercice physique. Différents traitements médicaux permettent d’atténuer les conséquences de la cellulite à un stade précoce, notamment quand l’oedème participe aux déformations de la silhouette. Lorsque la cellulite est installée, des capitons apparaissent sur la peau (phénomène de peau d’orange), d’abord provoqués par le pincement, puis spontanément. Les procédés médicaux sont alors peu efficaces sur la graisse, mais les massages spécifiques (endermologie) permettent parfois d’atténuer les irrégularités cutanées.

La consultation


Lors de la première consultation, votre chirurgien a pris connaissance de vos désirs et, après vous avoir examiné, il vous a informé des différentes possibilités adaptées à votre cas (selon la quantité de graisse à retirer et la qualité de votre peau).
Des photographies ont été effectuées afin de pouvoir suivre l’évolution des zones traitées.

Comment se déroule une liposuccion


Durée de l’intervention: de 30 min à 3h
Durée d’hospitalisation: ambulatoire (vous entrez et ressortez le même jour)
Type d’anesthésie: locale ou générale, suivant la quantité de zones à traiter.
Avant l’intervention
Certains médicaments favorisant le saignement ne devront pas être pris pendant les 10 jours précédent l’intervention : aspirine, anti-inflammatoires, anti-coagulants…
Certains médicaments peuvent être pris avant l’intervention pour atténuer l’œdème et les ecchymoses post-opératoires.
Un bilan pré-opératoire est réalisé conformément aux prescriptions. Le médecin-anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention
L’hospitalisation a lieu le matin de l’intervention à jeun.
La durée d’hospitalisation varie selon la quantité de graisse à aspirer.
Une journée complète est le plus souvent nécessaire afin de quitter la clinique en bonne forme, mais une hospitalisation de jour (ambulatoire) est possible lorsque peu de zones sont à traiter. Il est préférable que quelqu’un vienne vous chercher à la sortie de la clinique. En effet, la conduite automobile peut être difficile après aspiration des cuisses ou des jambes. Parfois, l’intervention a lieu en externe(le patient repart immédiatement après l’intervention) lorsqu’une ou deux zones sont traitées sous anesthésie locale.
L’intervention est pratiquée sous anesthésie générale, ou sous rachianesthésie. Toutefois, des aspirations très localisées peuvent être pratiquées sous anesthésie locale. La durée opératoire varie selon le nombre de localisations à traiter, entre 30 minutes et 3 heures.
Il est préférable de traiter en une seule intervention toutes les localisations atteintes pour ne pas créer de dysharmonie de la silhouette.

Les suites d’une liposuccion


Le temps nécessaire pour récupérer et se remettre d’une lipoaspiration est d’autant plus important que la quantité de graisse aspirée est grande.
Il existe habituellement un œdème (gonflement) des zones aspirées, qui est maximum vers le 2-3ème jour, et qui peut être asymétrique. L’œdème diminue ensuite progressivement, mais peut persister jusqu’à 3 mois, voire 6 mois pour certaines zones. Pour diminuer cet œdème, il est utile de surélever les jambes lors de la position couchée ou assise pendant les premiers jours. Par ailleurs, des massages cutanés et des drainages lymphatiques pourront être débutés un mois après l’intervention. Enfin, la prise d’Arnica montana (granules homéopathiques) avant et après l’intervention diminue l’œdème.
Les ecchymoses (bleus) présentes au niveau des zones traitées disparaissent au bout de 2 à 3 semaines. Durant cette période, il est préférable de ne pas exposer au soleil ou aux U.V. les régions opérées pour ne pas laisser de traces pigmentées (brunes) sur la peau.
Les douleurs, à type de contusion, sont variables, mais elles sont en règle générale peu importantes. Une sensation de peau cartonnée peut persister quelques semaines en regard des zones aspirées.
Une fatigue peut être ressentie les premiers jours, surtout en cas d’aspiration importante.
Il est recommandé de prendre 3-7 jours de repos après l’intervention selon le volume de graisse retiré et le type d’activité professionnelle. Cependant, une activité normale est très rapidement possible.
Enfin, il est obligatoire de porter jour et nuit un lipopanthy (vêtement de contention élastique destiné à comprimer les zones aspirées) pendant un mois après l’intervention, durée pendant laquelle la pratique de sports violents est interdite. La période pendant laquelle il est impératif de le garder jour et nuit correspond à la cicatrisation des tissus graisseux entourant les zones aspirées. Pendant cette période, la peau peut facilement bouger par rapport aux muscles qui sont sous la graisse aspirée et aboutir à des irrégularités de surface. Le lipopanthy joue un rôle de « carapace » pour que la peau se redrape de façon optimale.
Après cette période, des massages assistés par endermologie (L.P.G., Cellu M6…) peuvent être prescrits, afin d’activer le drainage lymphatique de l’œdème résiduel et de relisser la peau quand elle est de mauvaise qualité et qu’existent des irrégularités cutanées liées à la cellulite.

Les risques d’une liposuccion

Les résultats peuvent être insuffisants, asymétriques, ou laisser apparaître quelques irrégularités de surface (bosses, vagues, tôle ondulée) dus à un excès d’aspiration. Ces imperfections peuvent être corrigées secondairement, généralement sous anesthésie locale.

Les cicatrices d’une liposuccion


Les cicatrices seront très petites et localisées dans un pli ou dans une zone pileuse, de 2 à 5 mm de diamètre, ce qui correspond à la taille de la canule d’aspiration. Une cicatrice ne disparaît jamais, mais elle devient toute fine et de couleur proche de la peau environnante, ce qui lui permet d’être très peu visible. De façon générale, les cicatrices ne sont jamais un problème pour les lipoaspirations, puisqu’elles ne mesurent que quelques millimètres et sont généralement cachées dans des plis naturels. Deux facteurs sont en revanche déterminants pour obtenir le meilleur résultat possible : une peau de bonne qualité et un chirurgien compétent en matière de chirurgie de la silhouette.

Après une liposuccion


Les résultats sont visibles 1 à 3 mois après l’intervention, selon les zones aspirées et la qualité de la peau.
Toute irrégularité superficielle présente avant l’intervention sera également présente après la liposuccion. Cependant, grâce aux techniques de lipoaspiration superficielle, on peut effectuer des aspirations près de la peau avec des canules très fines : cette technique permet de diminuer l’aspect cellulitique de la peau (peau d’orange, creux, capitons…) sans le supprimer entièrement. Les irrégularités cutanées résiduelles sont alors améliorées grâce aux techniques d’endermologie.
La réapparition de graisse au niveau des zones aspirées ne peut se voir qu’à deux occasions: en cas de prise de poids importante (>5 kg), ou en cas de grossesse. En dehors de ces situations, la disparition de la cellulite est définitive après lipoaspiration.

Afin de vous rendre compte des possibilités offertes par la liposuccion, vous pouvez accéder à la Galerie de cas cliniques « Silhouettes ».